4 façons de rester motivée plus de 4 semaines!

Cet article est tiré du Webmagazine FD Fitness Consultant
& a été rédigé par Anne-Marie Gobeil, fondatrice de Barbelle

20150518-DSC08538-bw

 

On est constamment à la quête de la meilleure diète (mot, qui soit dit en passant, n’existe pas dans mon vocabulaire courant : manger santé ne veut pas dire diète restrictive), du meilleur entraînement, des meilleurs suppléments pour atteindre nos objectifs. Ce qui, en soi, est crucial, mais qui perd toute son importance si on ne réussit pas à adhérer à un programme plus que quelques semaines.

Je le répète constamment : le meilleur programme est celui que l’on peut suivre.

C’est vrai! Un changement d’habitudes de vie qui se fait sur le long terme, ça fonctionne, tout simplement. En regardant son plan alimentaire, son menu, son programme d’entraînement, on se demande si on se voit faire ca pendant 5, 10, 15 ans. Parce qu’il ne s’agit pas de suivre à la lettre un protocole pendant 2 semaines ou 3 mois, d’obtenir des résultats, de prendre ceux-ci pour acquis, de soudainement se laisser aller, de perdre sa motivation et de tout abandonner par la suite. On sait déjà que ce n’est pas la façon de faire qui produira des résultats qui seront conservés.

Alors, comment s’assurer de rester motivé plus de 4 semaines ? Utiliser l’une de ces 4 petites astuces par semaine, durant 4 semaines et se donner la chance de conserver sa motivation en bon état !

Astuce #1 : Choisir un seul objectif

J’ai l’impression que la plupart des gens ont de la difficulté à se concentrer sur un seul objectif à la fois. On me dit : « Anne-Marie, je veux prendre du muscle, perdre du gras, me tonifier, et aussi courir un demi-marathon dans 4 mois, peux-tu m’aider ? » Bien sûr que je peux aidermais on devra choisir UN SEUL objectif à la fois. Non seulement c’est important pour savoir de quelle façon on abordera l’entraînement, quelle technique et périodisation sera employée, mais c’est également primordial pour initier un apport calorique correct et une bonne répartition des macronutriments (protéines, glucides, lipides). De plus, on veut s’assurer d’éviter de se mettre dans un état d’esprit négatif ; en ayant 4 objectifs à atteindre, on se sentira dépassé et vaincu en se rendant compte que la magie ne s’opère jamais rapidement avec le corps humain. On misera plutôt sur cet objectif à court-moyen terme qu’on atteindra dans des délais raisonnables, qui nous stimulera positivement à continuer de bien travailler et qui nous donnera confiance en nos capacités.

Astuce #2 : Aimer ce qu’on fait

Il n’y a pas de stratégie plus périlleuse que de se forcer à suivre une formule d’entraînement qu’on déteste. Si le gym conventionnel n’est pas notre tasse de thé, ce n’est pas la fin du monde parce que ce n’est pas le seul moyen d’obtenir des résultats. On préfère le crossfit, le yoga, la course, le vélo… Fantastique ! Trouver une activité, un style d’entraînement que l’on aime pratiquer. Ne pas avoir peur d’essayer de nouvelles choses et d’explorer l’ensemble des avenues possibles en matière d’entraînement. Prendre soin de son corps physique est important, mais prendre soin de son état mental en aimant le processus devrait être en haut de sa liste de priorité. L’esprit contrôle le corps, il faut s’en rappeler !

Astuce #3 : Trouver des « ami(e)s » d’entraînement

On est le produit de son environnement. Et parfois, notre environnement ne va simplement pas de pair avec nos objectifs santé. Il est assez courant que nos amis ou notre famille ne comprennent pas nos aspirations et nos nouveaux objectifs. Parfois, ils ne nous supportent carrément pas et tenteront même de nous décourager. Ça peut être une véritable entrave à la motivation et être extrêmement difficile à gérer. Je dis toujours que notre système de soutien est aussi important que notre alimentation et notre entraînement, et particulièrement quand notre motivation a tendance à s’estomper facilement. Mon meilleur conseil sera de trouver des « ami(e)s d’entraînement ». Des gens avec qui on peut soit s’entraîner ou bien simplement connecter pour parler de nos réussites, de nos insécurités, échanger des recettes et des trucs. On n’a aucune excuse : avec les médias sociaux, c’est plus facile que jamais de trouver des « fit amis ».

Astuce #4 : Utiliser le bon moyen pour mesurer sa progression

C’est crucial. Choisir la bonne stratégie pour mesurer sa progression et se motiver à chaque petite victoire sera énorme pour conserver sa motivation plus longtemps. Je crois que beaucoup trop de gens aiment s’auto-saboter en s’infligeant d’atteindre un nombre magique sur la balance ou bien dans le taux de gras pour savoir s’ils progressent ou pas. Le hic, c’est que le poids et le taux de gras, eh bien, ce sont des effets secondaires de son engagement à devenir une meilleure version de soi-même via ce qu’il y a dans son assiette et l’exercice physique.

Il est nettement plus stimulant de miser sur les performances pour mesurer sa progression. Par exemple, on se sentira fier chaque fois qu’on augmentera la force sur certains mouvements ou qu’on verra une croissance de la capacité à courir plus vite ou plus longtemps. Parce que ca s’appelle de la progression pure et nette. Si on laisse un nombre sur la balance dicter comment on devrait se sentir par rapport à nous-même, à nos capacités et à notre valeur, on s’assure que la motivation s’évaporera en très peu de temps. Les photos de progression sont d’ailleurs nettement plus révélatrices que la fameuse balance. Je recommande toujours d’utiliser les photos de comparaison pour voir les changements qui s’opèrent dans le corps que ni la balance, ni le calcul du taux de gras ne peut exposer. Toutes mes clientes le font ! Non seulement c’est en mettant l’une à côté de l’autre tes photos du jour 1 versus celles du jour 30, 60, 90 qu’on se rend compte que les efforts paient, mais c’est aussi le meilleur moyen d’éviter d’obséder avec un chiffre qui ne fait que mesurer la relation que l’on a avec la gravité. La balance, on s’en balance !

Au final, la motivation, c’est surtout de se connaître, de connaître ses objectifs et de déployer une stratégie gagnante pour réussir à suivre le rythme ! Tout commence avec la conviction que ce  qu’on fait n’est pas une punition, mais bien un investissement pour la future personne, version améliorée, que l’on deviendra.

Commentaires

Suivez-nous sur instagram

Top