Huiles essentielles et grossesse : conseils pour une utilisation sécuritaire!

grosses_HE

Je rencontre souvent des mamans ou futures mamans qui me demandent : « Puis-je utiliser des huiles essentielles pendant ma grossesse? ». La réponse à cette question n’est pas qu’un simple oui ou un non! Elle est en fait plutôt nuancée, il est donc pertinent d’avoir des notions de base en ce qui concerne la prise d’huiles essentielles pendant la grossesse.

Quelles huiles essentielles peuvent être utilisées, et quelles sont les règles de base de ces utilisations?

Il est bien de se questionner et ne pas prendre cela à la légère. Certaines huiles essentielles sont carrément à proscrire pendant la grossesse et d’autres à prendre avec modération pendant certaines périodes de la grossesse. En fonction de cela, je mentionne toujours quelques règles à respecter :

  • Il est préférable d’attendre au 4e mois d’une grossesse avant d’utiliser les huiles essentielles; cela est plus par excès de prudence et peut être nuancé. Vous pouvez utiliser quelques huiles, au premier trimestre, sans tracas pour la maman et le bébé. Ces huiles sont les huiles essentielles de Bergamote, Lavande vraie, Orange, Mandarine, Marjolaine, Tea Tree, Verveine citronnée. Vous avez le choix! Toutes ces huiles ont un côté calmant ou apaisant (sauf pour le Tea tree, qui est antiviral, anti-infectieux et antifongique, entres autres!), elles peuvent donc être utiles pendant la grossesse. Voyez le prochain point pour les méthodes d’utilisation. Cette liste n’est pas exhaustive, mais convient pour la plupart des grossesses.
  • Toujours utiliser des HE de qualité biologique de marque réputée.
  • Ne jamais prendre des HE à fortes doses pendant une période prolongée, ni à chaque jour (à moins d’un suivi professionnel) ou si vous souffrez d’épilepsie.
  • La dernière règle est : dans le doute, mieux vaut s’abstenir!

grossesse_HE3

Ensuite à compter du 4e mois, vous pouvez utiliser certaines huiles pour le reste de la grossesse, comme celle de : Basilic à linalol, Bergamote, Cardamome, Cèdre de Virginie, Ciste ladanifère, Citron, Citron vert, Cumin, Epinette noire, Estragon, Eucalyptus citronné, Eucalyptus radié, Géranium bourbon, Géranium rosat, Gingembre, Hélichryse italienne, Laurier noble, Lavande fine ou vraie, Lemongrass, Mandarine, Marjolaine à coquilles, Marjolaine à thujanol, Niaouli, Orange, Orange sanguine, Petitgrain, Pin sylvestre, Pruche, Ravintsare, Rose, Verveine citronnée,Tea tree, Ylang-ylang complet.

Celles-ci sont sécuritaires, en petites quantités et sur de courtes périodes de temps. Ne jamais les prendre oralement (sauf sur les conseils et le suivi d’un(e) aromathérapeute).

Cette dernière liste n’est pas exhaustive, donc rappelez-vous la dernière règle mentionnée ci-haut!

Comment les utiliser?

Les méthodes d’utilisation appropriées sont :

  • Application cutanée locale, ou en massage, toujours diluées dans une huile végétale (jamais pures sur la peau)
  • En diffusion
  • En vaporisation

La prise orale est à éviter, à moins d’un suivi et de recommandations d’un(e) aromathérapeute. Vous pouvez consulter des ressources en aromathérapie pour des formules précises à utiliser pendant la grossesse, à faire préparer ou à préparer vous-même.

grossesse_HE2

Quelles huiles sont à éliminer?

D’autres huiles sont absolument à proscrire pendant la grossesse au complet et l’allaitement. Ce sont les HE de :

Achillée millefeuille, Absinthe, Armoise, Acore calamus, Ail, Ajowan, Aneth, Anis vert, Angélique, basilic camphré, Camphrier, Cannelle (toutes variétés), Carvi, Cèdre de l’Atlas, Cèdre de l’Himalaya, Curcuma, Cyprès bleu arizona, Eucalyptus à cryptone, Eucalyptus globulus, Eucalyptus mentholé (ou dives), Genévrier, Girofle, Hyssope officinale, Lavande aspic, lavande stoechade, Menthe des champs, Menthe verte, Menthe poivrée, Nard, Noix de muscade, Myrique baumier, Origan compact et vulgaire, Palmarosa, Persil, Romarin à camphre, Romarin à verbénone, Rue odorante, Sabine, Sarriette, Sauge officinale, Tanaisie annuelle, Thym à linalol, Thym à thymol , Thym saturoïdes, Thuya occidental (Cèdre du Québec), Valériane, Verge d’or.

Ces huiles essentielles contiennent des molécules qui peuvent avoir des impacts malheureux sur le fœtus et le déroulement de la grossesse. En effet, certaines sont neurotoxiques d’autres abortives. Ces dernières peuvent être utiles lors de l’accouchement (palmarosa), au besoin, mais seulement sur recommandation professionnelle.  Encore une fois, cette liste n’est pas exhaustive et comme mentionné plu haut, dans le doute mieux vaut s’abstenir.

Comme vous voyez, il y a de la place pour les huiles essentielles pendant la grossesse, mais mieux vaut se renseigner et les utiliser avec parcimonie, pour des besoins bien précis. Et gardez toujours en-tête la règle d’or, c-à-d la règle 4 ci-haut qui consiste à s’abstenir lorsque vous doutez. Bien sûr, il est toujours possible de consulter un(e) aromathérapeute qui pourra vous guider, vous conseiller et vous rassurer.

Je souhaite que ces informations vous aident et permettent de vivre une grossesse harmonieuse.

Les conseils donnés dans le cadre de cette chronique ne servent pas à poser un diagnostic sur votre état de santé ni remplacer un avis médical. La prise d’huiles essentielles à visée thérapeutique doit se faire sur l’avis d’un(e) aromathérapeute certifié(e). Si vous prenez des médicaments, veuillez mentionner à votre médecin et à votre pharmacien que vous prenez ou désirez prendre des huiles essentielles.

Commentaires

Suivez-nous sur instagram

Top