Maternité : Le fameux 4e trimestre

_MG_6644_BS_AVRILCrédit photo : Juk Photographe

Il y a une multitude d’informations et d’inspirations qui sont disponibles quant à la grossesse et l’accouchement. Bien sûr, chaque grossesse est différente et chaque bébé l’est tout autant.

Nous avons aussi accès à des livres et des applications faisant mention de chaque stade vécu durant la grossesse. Nous pouvons nous informer et en parler. Nous avons droit à un suivi serré avec un médecin ou un(e) gynéco. En d’autres mots, nous pouvons être prises en charge, nous faire rassurer.

Il en va de même pour l’accouchement. Il est clair que nous ne pouvons pas nous préparer à 100 % puisqu’une grande partie de ce moment unique est imprévisible. Toutefois, nous avons accès à des cours et une panoplie de professionnels pouvant nous instruire et nous outiller à accueillir cette épreuve physique et mentale.

Malgré que je ne sois pas une spécialiste du domaine, j’ai eu envie de vous partager un peu de vécu suite aux nombreux questionnements que j’ai reçus quant à mon expérience de nouvelle maman. Voici donc mon récit d’accouchement et ma réflexion quant au fameux 4e trimestre, dont on parle trop peu. Aussi, je vous présente la boîte 4T, idéale pour nous accompagner avant, pendant et après l’arrivée de bébé.

Mon accouchement « Walt Disney »

Sans entrer dans les détails, mon accouchement a été qualifié par ma doula, les infirmières et la médecin présentes d’« accouchement Walt Disney », ou du genre que l’on ne voit que dans les films. Je suis consciente de mon énorme chance dans la façon que celui-ci s’est déroulé, c’est-à-dire sans intervention et 100 % naturel, comme je le souhaitais. À 38 semaines de grossesse, perte des eaux au restaurant, sans contractions en amont. Accouchement naturel, très rapide : en moins de 2 h 30 et 30 minutes de poussées. Une seule et même contraction, et ce, durant
2 h 30. Je n’ai pas vécu l’épuisement de l’attente et des contractions par vague; j’ai plutôt vécu l’intensité et la puissance de la rapidité. 5 h 30 après avoir perdu les eaux, on me déposait ma petite Sofia sur le ventre, sans que je ne réalise quoi que ce soit.

_MG_6651-Edit_BS_AVRIL

Et ce fameux 4e trimestre?

Une grossesse dure 9 mois, divisée en 3 trimestres. Cependant, une fois notre bébé déposé sur nous, qu’en est-il de ces instants, ces nouvelles sensations, ces montagnes russes d’émotions ? J’ai eu la chance d’avoir un suivi personnalisé, à la maison, avec une accompagnante à la naissance (une doula), que nous avions soigneusement choisi. Nous avions abordé tous les aspects de la grossesse, et surtout, de l’accouchement. On s’y est préparé avec soin, en faisant tous les exercices préparatoires suggérés, à tous les soirs à partir de la 34e semaine. Nous avons abordé l’allaitement et ce qui se passe après l’accouchement (les hormones, l’humeur, les douleurs, les lochies, l’intimité, etc.). Je me sentais prête.

Après réflexion, je crois qu’on ne peut pas vraiment savoir, avant de l’avoir vécu une première fois. Le premier « massage » (entre guillemets, car ce n’est pas agréable du tout) du ventre après l’accouchement, afin d’aider à l’expulsion du placenta, la montée de lait, les douleurs, le découragement, le manque de sommeil, l’impuissance face aux pleurs, l’inconnu, la culpabilité de ne pas avoir ressenti un attachement immédiat avec son bébé, le corps post-partum; tout cela, en même temps, en peu de temps, on m’en avait parlé, brièvement. Je crois que nous ne pouvons pas nous y préparer totalement, mais que l’on devrait faire une place plus grande à ce fameux 4e trimestre. Afin que l’on normalise ces nouvelles sensations, que l’on en parle. Le corps après l’accouchement est un autre thème qui mériterait plus de considération. On parle sans gêne de la grossesse, mais il est plutôt rare de parler ouvertement des saignements après accouchement, de la tristesse qui peut nous envahir plusieurs fois par jour et sans raison, de tout ce que la maternité après accouchement a de moins cute.

Pour ma part, différents trucs m’ont aidé à découvrir cette nouvelle réalité en douceur : la méditation (en allaitant), la complicité avec mon conjoint, me laisser aider, me faire confiance. Avoir sous la main les bons outils a été d’une grande aide également. Voici quelques incontournables post-accouchement, pour moi, pour mon bébé et pour leur côté pratique :

  • Tire-lait & téterelle (les life savers de mon allaitement);
  • Baume pour mamelons (pour les premiers jours, surtout);
  • Produits naturels pour le corps de maman et bébé (crème, huile, bain de trempage);
  • Infusions/tisanes/thé/café;
  • Compresses d’allaitement;
  • Pince, bandeau et élastiques à cheveux;
  • Vêtements confo et adaptés (soutiens-gorges d’allaitement, leggings et vêtements amples);
  • De l’aide, du soutien = du temps, du repos.

_MG_6610_BS_AVRIL

Une boîte parfaite pour le 4e trimestre

Récemment, j’ai eu la chance de recevoir une boîte contenant tout plein de produits naturels et de qualités pour bien vivre le 4e trimestre. La fondatrice de 4T est venue me livrer la boîte La Vitale directement à la maison. Découvrez le contenu de la boîte juste ici. Il y a différents formats de boîte, dont une parfaite pour offrir lors d’un shower de bébé. Quelle belle idée, non? La boîte contient également des fiches-conseils pour informer suite à l’accouchement, une liste d’aliments à privilégier, un guide de bienséance pour les visiteurs et des coupons-cadeaux pour que vos proches vous offrent leur aide. C’est une idée pratique et géniale, en plus d’être 100 % fait au Québec!

Je terminerais sur cette citation, qui m’a beaucoup aidé avant et après l’accouchement et qui m’aide encore aujourd’hui lors de périodes de transition ou d’adaptation : «  You can’t stop the waves, but you can learn to surf. « 

Et vous, comment avez-vous vécu ce 4e trimestre ?

Commentaires

Suivez-nous sur instagram

Top