Pratiquer le mouvement «slow» sans culpabilité

Telus_virginiedosweb

Cet été j’ai décidé d’adopter le mouvement «slow».
En effet, j’ai eu envie de ralentir, de profiter et prendre le temps de vivre.

Bien sûr, je vous ai déjà parlé de mon désir de ralentir (à plusieurs reprises mêmes) puisque selon moi pour vous inspirer à prendre soin de vous, je dois d’abord prendre soin de moi. En effet, l’équilibre, ça s’apprend. Pour ma part c’est un travail quotidien. Je l’avoue, je suis une junkie du sentiment d’accomplissement que mon travail me procure. De ce fait, me forcer à profiter du moment présent et à ne pas surcharger mon horaire est un vrai défi.

Seulement, dans les derniers mois j’ai ressenti une forte baisse d’énergie, de motivation et d’inspiration. Pour la deuxième fois de ma vie (l’autre étant lorsque j’ai pris la décision de faire de Blond Story mon emploi à temps plein), j’ai réalisé que tout allait trop vite. Que je n’avais pas le temps de prendre conscience des accomplissements que mon équipe et moi réalisions. Que j’étais partout à la fois et que ça nuisait à mon travail, mais aussi à ma vie personnelle.

C’est pourquoi au tout début de l’été j’ai pris la décision d’adopter le mouvement «slow». Nous avions déjà plusieurs projets à planifier cet été et c’était assez. Nous n’en prendrions pas d’autres, question de profiter de la période estivale au maximum, et du même coup de faire le plein d’énergie. Une formule qui me permettrait de me concentrer davantage sur les contenus du magazine (que j’avais l’impression de délaisser depuis quelque temps), mais aussi de faire avancer les différents projets à livrer pour l’automne prochain, et ce, en donnant mon 110%.

Si au départ j’avais peur du jugement des autres, puisque le fait d’être occupée (lire ici dans le jus) est malheureusement trop souvent bien vu, je sais aujourd’hui que j’ai pris la meilleure décision. Je suis maintenant beaucoup plus productive et inspirée.

Telus_essentielsweb

3 trucs pour pratiquer le mouvement «slow», sans culpabilité!

Dans le cas où vous aimeriez introduire le mouvement «slow» à votre quotidien.
Voici quelques trucs pour y arriver.

Tout d’abord, ma nouvelle règle d’or est que «je ne sauve pas des vies». De ce fait, tout peut être géré en temps et lieu. Rien n’est pour hier. Et lorsque tout est bien planifié, on peut y arriver, sans se presser! À celle-ci j’ajouterais qu’il est important de :

  1. Mettre l’accent sur son bien-être personnel et non sur le jugement des autres.
    Il y aura toujours des gens pour juger. Choisir d’ignorer ceux-ci et de plutôt miser sur sa santé, son bien-être est déjà un pas de plus vers l’atteinte de ses objectifs personnels.
  2. Prendre conscience du moment présent.
    Vivre pleinement, c’est avant tout profiter de chaque instant, aimer le processus de chaque action. Réaliser à quel point on est souvent plus choyée qu’on ne le pense.
  3. Savoir dire non.
    Ralentir, c’est aussi écouter son corps, son esprit. Savoir dire non c’est se choisir et connaître ses limites.

Finalement, un truc qui est plus particulièrement adapté à mon travail et qui m’a vraiment fait adorer le mouvement «slow» est de rendre l’utile à l’agréable en travaillant à l’extérieur de la maison. En effet, comme j’ai la chance d’avoir un bureau portatif, je me suis dit que j’allais commencer à en profiter davantage. De ce fait, une à deux fois par semaine que je sois toute seule ou avec mon indispensable Sarah, j’aime travailler en direct de petits endroits bucoliques.

Tout ce dont j’ai besoin pour y arriver est mon ordinateur et mon téléphone via lequel je peux facilement partager la connexion de mon cellulaire à mon ordinateur. Je profite ainsi du réseau très puissant de Telus, qui me permet de travailler, peu importe où je suis.

Et vous, quels sont vos trucs pour ralentir? L’été passe tellement vite, il faut savoir en profiter.

Commentaires

Suivez-nous sur instagram

Top